Guerre commerciale Chine/ USA: les entreprises nationales suspendent leurs achats de produits agricoles américains

0
9

Les entreprises chinoises s’empressent d’élargir les circuits d’importation, car les relations commerciales sino-américaines, sur lesquelles la Chine s’est largement appuyée pour importer certains produits agricoles, sont au bord du précipice.

Après que les États-Unis ont intensifié la guerre commerciale en imposant de nouveaux droits de douane sur les produits chinois, les entreprises nationales ont suspendu leurs achats de produits agricoles américains a déclaré le 6 août la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Le président américain Donald Trump avait annoncé le 31 juillet dernier qu’il imposerait des droits de douane de 10% sur des marchandises chinoises d’une valeur supplémentaire de 300 milliards de dollars, à compter du 1er septembre.

« La Chine espère que les États-Unis pourront bien mettre en œuvre le consensus auquel les deux pays sont parvenus lors du sommet du G20 à Osaka, qu’ils pourront tenir leurs promesses et créer les conditions nécessaires à la coopération agricole entre les deux pays », a dit Mme Hua.

Le commerce de produits agricoles tels que le soja a été une question centrale dans les négociations commerciales entre les deux pays. Récemment, de nombreuses entreprises chinoises étaient en train de faire de nouveaux achats de produits agricoles américains tels que le soja, le coton et le porc. Gao Feng, porte-parole du ministère du Commerce, avait d’ailleurs révélé le 1er août que plusieurs accords avaient déjà été conclus.

Une pression imprévisible

Selon Jiao Shanwei, rédacteur en chef de cngrain.com, un site Internet spécialisé dans l’actualité céréalière, ces dernières années, la Chine a cherché à élargir les circuits d’importation de produits agricoles afin de réduire sa dépendance excessive vis-à-vis de certains pays. La guerre commerciale avec les États-Unis a accéléré ce processus, car « La Chine a été obligée de trouver des partenaires commerciaux alternatifs dans un court laps de temps ».

Pour faire face à la situation, la Chine s’est tournée vers de nouveaux partenaires commerciaux pour son soja, tels que la Russie. Les données fournies par les agents des douanes de Nanjing, capitale de la province du Jiangsu (est de la Chine), ont ainsi montré que quelque 4 431,6 tonnes de soja russe avaient été dédouanées après une inspection et une quarantaine le 5 août, le premier lot de soja russe entrant en Chine depuis que Beijing a approuvé l’importation de soja originaire de toutes les parties de la Russie à la fin du mois de juillet.

Par ailleurs, le gouvernement argentin et des représentants de l’industrie, une délégation chinoise doit également se rendre en Argentine en août pour inspecter les installations de broyage de la farine de soja. la Chine importait auparavant près de 90% de son maïs des États-Unis. Mais à présent, le gros des importations de maïs provient de pays comme l’Ukraine.

La diffusion de l’initiative « Une Ceinture, une Route » (BRI) a également contribué à élargir le réseau d’importations des entreprises nationales.

Selon Liu Dongmeng, directeur général adjoint de la société Aiju Grain and Oil Industry Group, son entreprise a importé au total 75 000 tonnes de blé et plus de 25 000 tonnes d’huile alimentaire en provenance du Kazakhstan au cours des deux dernières années. La société a transporté toutes ces importations par le biais de trains de marchandises Chine-Europe.

« La Chine améliorant ses procédures de dédouanement, les importations d’huile alimentaire en provenance des marchés de la BRI devraient encore augmenter », a-t-il souligné, ajoutant que son entreprise pourrait également élargir les catégories d’importations agricoles en provenance d’autres pays et régions situés le long des itinéraires de l’initiative « Une Ceinture, une Route ».

Source: http://french.peopledaily.com.cn