Burkina : « La diaspora burkinabè, une force au service de la mère-patrie », selon DIAFASO

0
50
Présidium

L’Association des Burkinabè de la Diaspora (DIAFASO) a tenu ce lundi un conseil national extraordinaire, à Ouagadougou. Il était question pour le bureau exécutif de présenter le bilan partiel des activités et d’exposer les difficultés de mobilisation de la diaspora et de recouvrement du FDS. 

9 mois après avoir été porté sur les fonts baptismaux, le bureau exécutif de l’Association des Burkinabè de la Diaspora (DIAFASO) s’est réuni à Ouagadougou. Cette fois-ci, c’est pour faire le point des activités menées.

En effet, l’association veut collecter des fonds dans le but de financer un certain nombre de réalisations dans leur pays d’origine. Voilà pourquoi elle s’est donnée entre autres, pour mission de réaliser au moins des barrages hydro-agricoles. 

Sarata Déra de la diaspora burkinabè au Mali, commissaire adjoint à l’information et aux relations publiques du bureau exécutif

Et pour arriver à cela les membres de la structure estiment que, si les Burkinabè de la diaspora dont le nombre est évalué environ 10 millions, se donnent les moyens d’epargner au moins 1000 FCFA par an, cela pourrait contribuer à donner un coup de pousse au développement du pays.

Pour Sarata Déra de la diaspora burkinabè au Mali, commissaire adjoint à l’information et aux relations publiques du bureau exécutif si chacun des 10 millions de Burkinabè contribue à hauteur de 1000 FCFA au moins par an, cela constituerait au moins 10 milliards de francs CFA par an.

Avec un tel montant, la diaspora pourrait réaliser chaque année un barrage. Et à travers cela, les burkinabè de l’étranger pourraient d’une manière ou d’une autre aider leur pays à être souverain sur le plan alimentaire. 
Du bilan des 9 mois, voici ce qui ressort selon Sarata Déra. « Nous avons collecté environ 5 millions de F CFA. Sur les 10 millions que nous sommes fixé au début, ceux qui ont contribué ne valent pas 600 Burkinabè. C’est ce qui nous a amené à convoquer ce conseil national extraordinaire, parce qu’on s’est dit qu’il faut que l’on agisse ».


S’agissant de la somme qui a été mobilisée, DIAFASO a indiqué les textes de l’association « n’ont pas prévu de décaisser des fonds pour des activités pour le moment ». En effet, dès la mise en place de l’association, ils se seraient dit que la première année sera consacrée à la sensibilisation. À la fin de ce conseil, l’association va donc continuer la sensibilisation et les collectes.

Le vice-Président de DIAFASO, Rachid Barry

Selon DIAFASO « La diaspora burkinabè, est une force au service de la mère-patrie ». C’est pour cela que l’Association des Burkinabè de la Diaspora (DIAFASO), a lancé le FDS. En rappel, c’était lors du forum national de la diaspora burkinabè qui s’est tenu en juillet 2018.

Le vice-Président, Rachid Barry pour sa part a lancé un appel à toute la diaspora à adhérer au projet parce qu’ils veulent faire de « la diaspora burkinabè une force au service de la mère patrie en contribuant efficacement à son développement socio-économique durable ».