Une Burkinabè élue au sein du Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille (CMW)

0
49

A l’issue des élections tenues à l’occasion de la 9e réunion des États parties à la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, ce lundi 10 juin 2019 au siège des Nations Unies à New York, Madame Myriam POUSSI, du Burkina Faso, a été élue membre du Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille pour le mandat 2020-2023.

Sur les dix (10) candidats qui étaient en lice, sept (07) ont été élus, dont Madame POUSSI, seule candidate féminine à compétir.

Juriste de formation et praticienne, Madame Myriam POUSSI est experte dans le domaine du Droit International Humanitaire et des droits de l’Homme. Elle a une connaissance approfondie des procédures et des mécanismes de droits de l’Homme de l’ONU ainsi qu’une bonne connaissance du fonctionnement des organes régionaux de droits de l’Homme en Afrique. Fort de ces compétences, Madame POUSSI a, pendant une décennie, été membre de la Commission Nationale des Droits de l’Homme du Burkina Faso. Elle a activement pris part à l’élaboration de politiques, programmes, plans et stratégies dans le domaine des droits de l’homme. En outre, en tant qu’experte, elle a participé à l’élaboration et à la coordination de la rédaction et de la présentation des rapports du Burkina Faso à la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, aux organes de traité de l’ONU et de l’Examen périodique universel du Conseil des droits de l’homme. Madame POUSSI a siégé une fois au Comité. Au cours de son mandat, sa bonne compréhension de la question de protection des migrants travailleurs lui a permis de participer activement aux travaux dudit.

En rappel, le Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille est un organe composé de 10 experts indépendants chargés de surveiller la mise en œuvre de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille par les États parties. Il a tenu sa première session en mars 2004 et se réunit à Genève (Suisse).