Tribune de Maixent Somé – « Développement de la production intérieure et la lutte contre la fraude »

0
155

Ceci est une tribune de Maixent Somé sur la production intérieure.

Il en va des niches fiscales comme des niches de fraude. Dans chaque niche, il y a un chien qui mord !

Le 2 mars 2015, le scandale des 1300 tonnes de soda périmé de l’affaire Obouf a révélé au grand public l’échelle industrielle atteinte par la fraude au Burkina.

S’en est suivi pendant deux ans, un chapelet interminable de scandales alimentaires du même genre.

Ces fraudes ne représentent pas uniquement un problème de santé publique. Elles menacent également notre industrie naissante et nos quelques rares usines pourvoyeuses d’emplois, mais aussi toute production locale d’une manière générale.

Récemment de passage à Bobo-Dioulasso, j’ai pu constater l’état de délabrement de sa zone industrielle naguère prospère.

Quelques exemples :

La Société africaine de pneumatique (SAP) est l’unique producteur de pneus et de chambres à air en Afrique de l’Ouest. L’usine burkinabè réalise un chiffre d’affaires de 4 milliards de francs CFA mais subit de plein fouet la concurrence des pneus importés. Sa stratégie : un positionnement haut de gamme et la diversification de sa production.

A en croire le DG, les marchés de la SAP sont envahis par des produits concurrents d’origine essentiellement asiatique, souvent de mauvaise qualité, mais toujours vendus à des prix imbattables grâce à des pratiques frauduleuses de toutes sortes.

« Cela oblige notre entreprise à fonctionner principalement en une seule équipe avec un effectif de deux cent quatre vingts (280) travailleurs au lieu des trois équipes possibles pour au moins cinq cents (500) travailleurs »

L’industriel français Pierre Castel, à l’issue des négociations et de l’accord avec le personnel du brasseur Brakina qui avait mis fin à leur grève ne dit pas autre chose.

« Si on n’arrivait pas à une entente, c’était la fermeture de l’usine. Fort heureusement, un accord a été admis et accepté par tous »

Interrogé sur la concurrence que les produits importés livrent aux produits de la BRAKINA, il avait répondu :

« Nous n’avons pas d’inquiétude sur la vente de la bière. Notre inquiétude se situe au niveau de l’invasion de produits gazeux importés. Les importateurs de ces produits pratiquent une concurrence déloyale parce que ces produits sont de qualités douteuses et les prix pratiqués laissent des doutes sur la probité fiscale des importateurs ».

Marc Pozmentier avait terminé son propos en martelant :

« Nous n’avons pas peur de la concurrence. Il faut que les mêmes règles de jeu soient appliquées à tous et que le meilleur gagne ».

Ibrahim Traoré, directeur commercial de la Société nouvelle huilerie et savonnerie CITEC (SN-CITEC) pour sa part déclare :

« Nous subissons la concurrence déloyale des importations qui arrivent principalement de l’Asie et qui inondent le marché à des prix défiant toute concurrence, nonobstant les règlements en vigueur au Burkina Faso ».

Il plaide pour le respect de la réglementation en vigueur au Burkina Faso.

« Nous demandons à l’autorité de rester ferme et d’appliquer l’intégralité des textes à tous, quelle que soit l’origine, production locale et importation pour une justice fiscale au profit des consommateurs et de l’économie nationale ».

En effet, selon l’Arrêté conjoint N°2011-0265/MICA/MS/MEF portant fixation des caractéristiques des huiles alimentaires destinées à la consommation au Burkina Faso, au chapitre 3 à l’article 10, il est écrit que les huiles alimentaires doivent être étiquetées conformément à la norme Burkinabè NBF.

L’étiquette des emballages doit porter, entre autres, la liste des ingrédients, la destination, les conditions d’utilisation de l’huile, les références de l’autorisation de production (pour la production locale) écrite en langue française.

Le problème est connu et largement documenté. Les lois existent, mais le problème se situe, comme toujours au niveau de la volonté politique pour les faire appliquer, et les moyens qui en découlent.

C’est afin de mettre un coup d’arrêt à ces pratiques irresponsables et délictueuses que le gouvernement actuel, notamment le Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisannat (MCIA) et le Ministère de l’Économie, des Finances et du Développement (MINEFID) ont conjointement pris le 24 octobre 2018, l’Arrêté conjoint N° 2018 -0333   /MCIA/MINEFID « portant conditions de délivrance, d’utilisation et de modification de l’Autorisation Spéciale d’importation (ASI).

Et afin que cela ne soit pas une énième réglementation sans effet, les Brigades Mobiles de Contrôle (BMC) créées le 21 mai 2018 pour traquer les fraudeurs ont été renforcées. Et elles semblent extrêmement performantes si l’on en croit la multiplication des saisies records.

Dans un communiqué en date du 08 février 2019, le MCIA disait à propos des difficultés des industries burkinabè :

« Parmi les causes de ces méventes, figurent la faiblesse de la régulation des Importations des produits similaires et la recrudescence de la fraude sous diverses formes. »

Le communiqué se poursuit en donnant en détails les mesures conjoncturelles qui ont permis en quelques mois  :

▪ L’enlèvement d’importants stocks de sucre auprès de la SN-SOSUCO par les distributeurs signataires d’un protocole d’accord entre les distributeurs et la SN-SOSUCO. A la date du 31 janvier 2019, le stock de 31000 tonnes de la campagne 2018 aurait ainsi été Intégralement écoulé.

▪ L’achat de plus de 240 000 bidons de 20 litres d’huiles alimentaires pour une valeur de plus de 3 milliards F CFA auprès de la SN·Citec par les distributeurs d’huile à la date du 04 février 2019. Pour l’ensemble des huileries, le stock serait passé de 679 657 bidons de 20 litres en Juillet 2018 à 82 401 bidons à la date du 6 février 2019.

A cela s’ajoutent sur le volet lutte contre la fraude :

▪ La saisie entre autres de 44 000 bidons de 20 litres d ‘huile raffinée et 94 460 litres d’huile brute ;

▪ La fermeture de 44 unités de production d’huiles alimentaires irrégulièrement installées le démantèlement de 6 presses artisanales…

Dans un autre communiqué en date du 29 janvier 2019 déjà, « Le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat port[ait] à la connaissance des populations et des commerçants qu’une cargaison de riz en provenance d’Asie via le port de Guinée a été débarquée au port de Lomé dans l’intention d’approvisionner le marché burkinabè. L’inspection opérée sur ladite cargaison en Guinée aurait décelé des anomalies liées au poids et à la qualité de ce riz. »

Opiniâtres et acharnés, les fraudeurs essaient à présent de passer par le port d’Abidjan, obligeant le MCIA à un nouveau communiqué le 20 mars 2019 :

« Le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat (MClA) porte à la connaissance des populations et des commerçants que la cargaison de riz en provenance d’Asie objet du communiqué n°019 -0003/MCIA/SG/DGCRF du 04 février  2019, après avoir échoué son déchargement successivement aux ports de Guinée et de Lomé, se serait redirigée au port d Abidjan dans l’intention d’approvisionner le marché burkinabè.

[….]

En tout état de cause, le Ministre du Commerce, de l’industrie et de l’Artisanat rappelle à tous les commerçants que l’importation du riz est soumise au certificat de contrôle de qualité.

Les auteurs de toute importation de riz non-conforme aux exigences de qualité s’exposeront à des sanctions conformément aux  textes en  vigueur, sans préjudice de la destruction du riz concerné. » ….

Le MCIA fait de la régulation mais n’interdit pas les importations afin que le commerce puisse exister à côté d’industrie sans l’anéantir.

En somme si on refuse de protéger les industries existantes on ne peut mettre en œuvre la nouvelle stratégie nationale d’industrialisation et le plan d’industrialisation accéléré basée sur la transformation des matières premières locale élaborées par le MCIA en 2018.

Bien évidemment, l’affirmation d’une telle volonté politique ne peut plaire à ceux qui ont bâti leur business model sur la fraude…

Leurs manœuvres souterraines de lobbying n’ayant pas prospéré jusqu’à présent, ils ont décidé de monter d’un cran dans l’escalade en demandant publiquement la tête du jeune ministre en charge du commerce Harouna Kaboré, responsable à leurs yeux, de leurs malheurs…

En effet, ce samedi 23 mars, réunis en conclave à Bobo-Dioulasso, ils se sont fendus d’une « DÉCLARATION LIMINAIRE DES ASSOCIATIONS DES VENDEURS DE PIÈCES DÉTACHÉES DE BOBO-DIOULASSO » dans laquelle ils se présentent comme de pauvres « petits commerçants » rackettés et asphyxiés par ces satanées BMC de son invention dont ils demandent purement et simplement la suppression !

2020 approchant, tous les chantages semblent permis !

Ceux d’entre vous qui suivez l’actualité internationale savent à quel point les règles du commerce international sont au cœur des débats actuels dans le monde.

Ils expliquent les tensions entre la Chine et les USA.

Cette semaine, même la très naïve Union Européenne, par la voix du président de sa Commission Jean-Claude Juncker, à exigé de la Chine la réciprocité en matière d’accès au marché intérieur des uns et des autres….

Pourquoi nos pays seraient-ils les seuls ouverts aux quatre vents à la concurrence mondialisée et déloyale ?

Pourquoi devons nous continuer à être le déversoir de la contrefaçon et de fraude mondiale ?

Pourquoi devons nous tuer toute production locale pour ne vivre que d’importations ?

Car de fait, c’est très exactement ce que ces commerçants véreux osent exiger publiquement !

Alors soyons conséquents pour une fois. Réciter les slogans sankaristes n’y suffit plus. Barrons la route à ceux fraudeurs impénitents et arrogants, et soutenons toutes les bonnes initiatives qu’elles soient gouvernementales ou d’initiative privée qui visent à nous sortir du cercle vicieux dont nous nous plaignons quotidiennement.

Privilégions, dans nos habitudes de consommations, la production et les emplois locaux là où cela est rendu économiquement pertinent.

Utilisons notre pouvoir de consommateurs pour obliger nos opérateurs économiques à plus de patriotisme économique.

Maixent SOME