Festival international du rire et de l’humour de Ouagadougou: et de 12 pour Augusta Palenfo et son staff

0
186

Du 5 au 7 avril prochain se tiendra la 12e édition du Festival international du rire et de l’humour de Ouagadougou(FIRHO). A cette occasion, le comité d’organisation du Festival avec à sa tête Augusta Palenfo a animé un point de presse où a donné les grandes articulations du 12e FIRHO.

Pour la 12e année consécutive, le Festival international du rire et de l’humour de Ouagadougou (FIRHO) va dérouler son tapis pour les amateurs du rire et de l’humour. Entre autres, Dabro, Génération 2000 et Adèle Badolo du Burkina Faso, Boukary, Papitou et Delajoie de la Côte d’Ivoire, Valery Ndongo du Cameroun, Yoro le diplomate du Mali, Titus Kosmos du Congo et le duo Tabala du Togo seront au rendez-vous de la 12e édition du FIRHO. Outre ces humoristes, le FIRHO va proposer un défilé de mode humoristique. Ce sera par la soirée VIP que le Festival va s’ouvrir le vendredi 5 avril au CENASA suivra la soirée grand public, le samedi 6 avril à la Maison du peuple.

Les tout petits ne seront pas en reste, car il est prévu, le 7 avril, une soirée jeune public. L’innovation majeure de cette édition, selon Augusta Palenfo sera la création sur les 12 ans du festival qui sera présentée au public. A en croire Augusta Palenfo, le FIRHO qui est porté par l’Association Ellipse, culture et solidarité au terme du festival, va comme à l’accoutumée faire des dons aux nécessiteux. Pour les éditions passées, a fait savoir la promotrice du FIRHO, l’orphelinat de Koubri, le Centre Delwendé de Tanghin et le camp des réfugiés maliens de Saniongo ont déjà bénéficié de ces dons.

Pour cette année, le festival est placé sous le thème « humour, reflet de culture d’un peuple » et sera placé sous le patronage du ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango et le parrainage du maire de la ville de Ouagadougou, Armand Béouindé.

S’agissant du thème, la promotrice du festival a indiqué qu’au regard du contexte sécuritaire que vit le Burkina Faso et la recrudescence des conflits intercommunautaire, il est important que les Burkinabè puisse s’approprier des valeurs qui sont les siennes et le reflet de la culture burkinabè, c’est la parenté à plaisanterie donc de l’humour a-t-elle précisé. Pour elle, le thème est une invite aux Burkinabè à toujours mettre en exergue la parenté à plaisanterie en toute circonstance pour pouvoir désamorcer certaines crises.

Si le comité d’organisation s’active à mettre les petits plats dans les grands pour la réussite de l’évènement, Idrissa Sawadogo, dit Freeman Tapily a confié que le budget du festival estimé à environ 59 millions de FCFA n’est pas encore bouclé. A ce propos, il a lancé un appel aux partenaires.

Le FIRHO, faut-il le rappeler est une référence en matière de promotion de l’humour au Burkina Faso, du reste des humuristes tels que Moussa petit sergent et La Jaguar ont été propulsés au-devant de la scène grâce à ce festival.


 [h1]

 [h2]

 [h3]

 [h4]

 [h5]

 [h6]