DPEPPNF Houet: La SOFITEX perturbe les cours de l’école Lafiabougou « A ».

0
48

Dans la CEB de Bobo n°2, les élèves de l’école Lafiabougou A n’ont plus la quiétude à côté de l’une des usines de la SOFITEX. En effet, l’écoles de Lafiabougou A est à quelques mètres de l’usine de la SOFITEX. Quand les machines de l’usine sont en marche, c’est un véritable calvaire pour les élèves et leurs enseignants.
Le pire, c’est pendant la période d’égrenage du coton où les fibres se déversent dans la cour et même dans les salles de classe rendant tout enseignement impossible. La SOFITEX commence cet engrenage en décembre et il se termine en avril. Durant ce temps, les élèves n’ont plus la joie de venir à l’école. Imaginons dans quelle condition la cantine scolaire est servie aux élèves.

Une délégation de l’école est allée rencontrer le directeur général de la SOFITEX qui s’est même déplacé venir constater. Il a reconnu les effets nuisibles de son usine sur les activités pédagogiques. Comme solution, il avait promis de voir comment réhabiliter les bâtiments avec des vitres afin de permettre aux élèves et aux enseignants de travailler dans la quiétude.
Mais jusque-là, avec les changements à la direction de la SOFITEX, les enseignants ont perdu espoir. L’école qui abritait un centre d’examen a été obligée de céder cela à une autre école car le vacarme des machines de l’usine est insoutenable.

Nous lançons donc un cri de cœur aux premiers responsables de la SOFITEX de venir au secours de cette école qui est la première dans le quartier car ouverte en 1980. Aujourd’hui, l’intensité du travail de la SOFITEX, les vacarmes des machines et des gros camions qui rôdent à longueur de journée autour de cette école rendent l’enseignement pratiquement difficile. À défaut de fermer cette usine de la SOFITEX ou délocaliser cette école, les responsables de la SOFITEX peuvent aider à faire la réfection des bâtiments avec un équipement adéquat. Nous espérons que le directeur général actuel de la SOFITEX ne restera pas sourd aux doléances de ces 500 élèves et leurs enseignants ?


Traoré Abdoulaye Fundjé.