Commune de Houndé : Une enseignante victime d’une tentative de meurtre.

0
174

L’information est invraisemblable mais bien réelle. C’est révoltant ce qui arrive à notre collègue dans la commune de Houndé. Il faut agir toujours avec promptitude afin d’éviter que l’enseignant soit traité comme un vulgaire citoyen. Nous ne prétendons pas être au dessus des autres mais nous voulons être traités au moins au même niveau que les autres. La valorisation du corps enseignant passe nécessairement par notre mobilisation et notre détermination à défendre, advienne que pourra, notre dignité.

Après les cas de violence contre des enseignants à Bobo-Dioulasso, à Ouagadougou, aujourd’hui c’est le tour à une enseignante de l’école primaire privée du village de Bouéré qui a été victime d’agression sauvage de la part d’un parent d’élève. En rappel, Bouéré est un village de la commune de Houndé situé à vingt-cinq kilomètres (25km) à l’Ouest de Houndé dans le Tuy.

Selon la Coordination Provinciale des Syndicats de l’éducation du Tuy, la scène s’est passée le samedi 23 février 2019, aux environs de dix-neuf heures (19h). Tout serait parti d’un cahier. Monsieur SANKARA W. Ousséni, le parent d’élève, agresseur, aurait payé un cahier pour son fils en classe de C P 1. Après plus de quatre mois de cours, il demande à son fils de lui montrer son cahier. Ce dernier lui fait savoir que son cahier a été déchiré par son  »maître ». En colère, Monsieur SANKARA, serait allé, d’abord, menacer l’un des collègues de la victime. Mais, il se trouve que ce n’est pas ce dernier qui tient la classe du CP1. Sans attendre, il continua chez dame OUEDRAOGO Aminata, la titulaire de la classe du CP1.

Muni d’une machette, il croisa en route sa propre sœur (sœur de l’agresseur) qui après explication aurait réussi à se faire aider pour pouvoir le désarmer. Néanmoins, il continua sa route jusqu’au domicile de l’enseignante. Celle-ci était malheureusement seule avec ses enfants à la maison, le mari étant absent. Il trouva la porte fermée. Il frappa à la porte et se présenta. Sans savoir ce que ce parent d’élève avait derrière la tête, elle sortit pour l’écouter. Il était autour de 19 h. Dès qu’elle ouvrit la porte, le parent d’élève commença à la menacer sans lui laisser l’occasion de pouvoir s’expliquer.Surprise et apeurée, elle tenta de refermer sa porte. Le parent d’élève, meurtrier d’un soir, l’assomma d’un coup de pilon qu’il a saisi dans la cour. Elle tombe et s’évanouit. Elle reçoit un second coup sur l’avant bras juste au moment où un des voisins alerté par les cris des enfants vient à son secours. SANKARA Ousséni s’enfuit laissant sa victime dans un bain de sang.

Elle sera évacuée d’urgence au CSPS de Bouéré pour les premiers soins. Sa situation étant critique, elle sera transférée d’urgence au CMA de Houndé pour recevoir des soins plus appropriés. Elle est restée dans un coma partiel (sans pouvoir s’exprimer) pendant 3 jours.
Ce n’est que le 26 février, tard dans la nuit que les responsables syndicaux de la section SYNATEB-Tuy ont été saisis et par la suite la Coordination Provinciale des Syndicats de l’éducation du Tuy. La première des réactions était d’aller soutenir la collègue et voir après la conduite à tenir.

Une réunion d’urgence est convoquée dans la même soirée avec l’ensemble des acteurs syndicaux de la province. Bien que madame Ouédraogo soit agressée à domicile mais en considération du motif tout laisse entrevoir que c’est dans le cadre de l’exercice de ses fonctions. Après la rencontre, la Coordination Provinciale des Syndicats de l’éducation( CPSE) tout en condamnant l’acte ignoble et meurtrier de ce parent d’élève exige des poursuites judiciaires contre celui-ci et
dénonce fermement l’attitude de l’administration scolaire pour avoir voulu gérer discrètement un problème d’une extrême gravité.

En tout état de cause si dans les soixante douze heures qui suivent à compter du Vendredi 1er mars 2019, l’administration ne prend pas ses responsabilités alors la coordination se réserve le droit d’entreprendre toutes actions qu’elle jugera nécessaire.
D’ors et déjà, elle invite tous les enseignants de la province à une Assemblée Générale d’informations et de mobilisation ce samedi 2 mars 2019 dans la salle de conférence de la DPEPPNF/Tuy à 9h. Elle invite en plus tous les enseignants à un sit-in de protestation à Bouéré pour ce mercredi 6 mars 2019. Les camarades des localités excentrées pourront observer le sit-in dans les différentes préfectures de la province de 7h30 à 11h 30.
Ensemble luttons pour une société humaine débarrassée des pratiques et des intentions animalières.
Traoré Abdoulaye Fundjé.