Conseil national de la jeunesse : le ministre Smaïla Ouédraogo « ne reconnait pas » le nouveau bureau

0
316

Après plusieurs reports à cause des difficultés de renouvellement de textes et certaines bisbilles au sein de l’organisation, le samedi 26 mai dernier, le Conseil national de la jeunesse (CNJ), a finalement tenu le congrès électif  de la présidence et des différentes instances de l’institution à Ouagadougou. 

Les clés de la présidence de l’institution de jeunesse du Burkina ont été confiées à  Moumouni Dialla. Cela pour un mandat de 3 ans renouvelable une seule fois. Il remplace à ce poste Mahamoudou Ouédraogo dont le mandat a, en principe, pris fin depuis 2013.

72heures  après la tenue de ce congrès électif soit le lundi 28 mai 2018, l’institution reçoit une note de leur ministère de tutelle, le ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelles. Dans la note signée par le ministre, Smaïla Ouédraogo, il est indiqué que le département ministériel  n’ayant pas pris part au congrès qui a consacré la mise en place du nouveau bureau exécutif de la CNJ/BF, « par conséquent ne reconnait pas le dit bureau comme représentant de la jeunesse burkinabè ».

Le ministère en charge de la jeunesse ne reconnait pas le nouveau bureau de CNJ/ BF pour cause le ministre indique que, dans le cadre de l’organisation des mouvements et associations de jeunesse du Burkina Faso, son  ministère doit accompagner la mise en place du Conseil national de la jeunesse du Burkina Faso en 2008. Le processus s’est poursuivi avec la mise en place des bureaux régionaux en 2009.

Il indique cependant que depuis 2014, certaines organisations ne s’y  reconnaissent plus et refuse par conséquent que le Conseil national de la jeunesse soit leur porte-parole auprès de l’administration et des partenaires techniques et financiers.

C’est pourquoi sur recommandations des « Etats généraux de la jeunesse » tenus en novembre 2017, un comité de réflexion composé de représentants d’ONG et d’institutions internationales a été mis en place et devra proposer un processus de renouvellement des organes du  Conseil national de la jeunesse.

Par ailleurs,  dans une correspondance  datée du 18 mai 2018, la structure faitière des associations de jeunesse signée du président d’alors Mahamoudou Ouédraogo, informait le ministre de la tenue du congrès et a, aussi du même, invité le ministre à honorer de sa présence à la cérémonie d’ouverture de la rencontre.  Il faut aussi signaler que la note (Photo dans l’article) a été bien réceptionnée au niveau du service courrier du ministère à la date du 21 mai 2018 soit une semaine avant la tenue du congrès.

Avec cette déclaration du ministre, Smaïla Ouédraogo, vient de mettre le nouveau bureau CNJ/BF  dans une position peu confortable. Aussi, avec cette situation  cela va encore gripper la machine et empêcher encore le bon fonctionnement de la structure. Aussi selon une source proche de la faitière, le nouveau bureau entrant veut  user de la voie de la négociation afin de désamorcer les choses. A défaut, il sera obligé de passer par un autre canal afin  de se faire entendre. Mais en  attendant, Let’s wait and see!!!