Séminaire national sur le développement du sport et des loisirs : rendre le sport plus rentable

0
226

Du 18 au 20 juin 2018, Ouagadougou abrite le séminaire national sur le développement du sport et des loisirs au Burkina Faso. 3 jours durant plus de 400 participants et experts internationaux vont réfléchir à comment améliorer la contribution du sport et des loisirs à la croissance de l’économie nationale. La cérémonie d’ouverture de cette grande messe du monde des sports et des loisirs est intervenue le lundi 18 juin 2018, sous la présidence du ministre des Sports et des Loisirs Daouda Azoupiou.

« Améliorer la contribution du sport et des loisirs à la croissance de l’économie nationale ». C’est sous ce thème que s’est ouvert le séminaire national sur le développement du sport et des loisirs au Burkina Faso. Ainsi, 3 jours durant, acteurs et experts des sports et des loisirs vont réfléchir à comment mettre en œuvre la politique nationale des sports et des loisirs, notamment le volet économie du sport qui est une composante essentielle du programme politique du président du Faso.

Comment renforcer la coopération dans le domaine des sports et des loisirs, comment financer le sport et les loisirs, dégager des voies et moyens pour une professionnalisation de la gestion des sports et des loisirs, voici entre autres, autant de questions qui seront passées au peigne fin. En outre, les participants vont réfléchir à l’acquisition et le maintien des infrastructures des sports et des loisirs, comment développer le sport à la base et comment développer l’expertise nationale en matière de sports.

Pour le ministre des Sports et des Loisirs, Daouda Azoupiou, l’impact voulu à travers ce séminaire est l’amélioration des conditions d’évolution générale des acteurs pratiquants. Pour Daouda Azoupiou  le séminaire devra marquer une prise de conscience de chaque acteur. A ce propos, il les a invités à agir dans le sens du changement de leurs méthodes, de leurs comportements et de leurs façons de faire. Autrement dit, a fait savoir le ministre, « il n’est pas envisageable de relever le défi auquel nous sommes confronté, à savoir générer une économie du sport et des loisirs qui puissent impacter sur l’économie nationale ».

Selon, le ministre des Sports et des Loisirs, il s’agit de moderniser la gestion du domaine des sports et des loisirs, créer un environnement propice à l’investissement, des diversifier les sources et renforcer les financements des activités. Les réflexions à termes devront favoriser une émulation entre les fédérations, en réunissant les conditions. « Le séminaire fonde notre volonté commune de changement », a indiqué Daouda Azoupiou.

« Notre quête de bonne gouvernance, notre appel à des investisseurs extérieurs, notre ouverture aux industries de sport et de loisirs pour produire de la richesse et générer des emplois, sont autant d’objectifs à même de nous convaincre d’avoir « « 

lnon seulement la hardiesse, mais aussi de l’imagination pour aller vers ces mutations », foi du ministre des Sports et des Loisirs. Aussi, a-t-il tenu à saluer les experts qui ont fait le déplacement de Ouagadougou.